« Le voyageur se sent toujours unique auprès des Waraos »

Mon métier de guide

Les voyages sont une seconde nature chez moi, je travaille comme guide-accompagnatrice au Venezuela avec Huwans clubaventure depuis 4 ans. Ce qui me rend heureuse c’est la liberté, le contact permanent avec la nature (mon bureau c’est la forêt, la mer !) et surtout le sentiment que mon métier a un sens profond, celui de transmettre à nos voyageurs une autre vision de la vie, pour qu’ils repartent enrichis de rencontres et d’échanges. Ils me disent souvent après que cela permet de relativiser le quotidien et son stress !

Le Venezuela, la petite Amérique Latine

Authenticité ! Les gens sont très étonnés après un séjour au Venezuela car ils ne s’attendaient pas à y voir autant de diversités et un peuple aussi accueillant. Beaucoup cherchent une véritable immersion dans un autre environnement loin de la carte postale, ici ils trouvent la plus haute chute du monde, le Salto Angel de près de 1000 mètres de long, la mer des Caraïbes et ses coraux intacts, la forêt tropicale humide, des milliers d’oiseaux en liberté, des peuples amérindiens hospitaliers, des créoles vénézuéliens pleins d’entrain. On dit du Venezuela que c’est une « petite Amérique Latine » tant ses paysages et sa culture sont une mosaïque de ce que le continent a à offrir.

 Mon coup de coeur pour le peuple Waraos

Tout le Venezuela m’enchante, les Andes, les plaines des Llanos, la grande savane, la côte Caraïbe, mais j’ai un faible pour le Delta de l’Orénoque et ses habitants, les Waraos. C’est la première fois que je rencontre un peuple autochtone aussi accueillant et enclin à tisser des liens d’amitié avec l’étranger, tout en restant farouchement attaché à son mode de vie. Un séjour dans le Delta marque profondément les visiteurs, tant par la beauté et la paix des lieux que par la grande gentillesse et la joie authentique des Waraos, qui ne cherchent rien d’autre que profiter du moment présent. Ils vivent simplement mais ne demandent pas plus. Le voyageur se sent toujours unique auprès des Waraos et pas un touriste de plus sur la liste.

A la croisée des mondes

Une anecdote m’a particulièrement marqué et nos voyageurs aussi je crois. L’un d’entre eux a montré quelques photos d’annonces immobilières à la fin d’un magazine français à notre pisteur Warao Julian pour que celui-ci voit comment étaient faites nos maisons. Julian, attentif, regarde les clichés de belles demeures en pierre avec piscine et, pas le moins du monde impressionné, nous demande « Mais il n’y a personne, où sont les gens ? ». Nous avons tous été bluffés et émus, car au-delà du matériel, cela montrait à quel point la vie pour eux n’a de sens qu’avec les rires des enfants et les relations humaines. Il y a de nombreux moments de partage, les jeux le soir à la lumière des bougies où l’on se peint le visage avec un bout de charbon, la balade à la rame au petit matin pour tenter d’apercevoir des toucans, des paresseux ou des singes, les rires des enfants quand nos clients suent à grosses gouttes en frottant deux bâtons de bois pour tenter d’allumer le feu comme le warao ou encore les ateliers d’artisanat pour confectionner un panier ou apprendre le tissage du hamac…

Les voyageurs vus par les Waraos

Je crois qu’avant tout que les Waraos ne jugent pas vraiment. C’est difficile à décrire et à comprendre, mais ils sont dans une telle acceptation de tout ce que la vie (et la mort) leur apporte que, quand ils reçoivent l’étranger, ils acceptent tout ce qu’il est même si certaines choses chez nous peuvent les surprendre : le fait que nous posions beaucoup de questions (eux n’en posent jamais), que nous nous tartinions de crème solaire et de spray anti-moustiques, ce qui les fait beaucoup rire. Ils s’amusent aussi beaucoup de tous nos « gadgets », les lampes frontales à dynamo, les boules quiès, les matelas auto-gonflants… Je me souviens aussi d’un de nos guides waraos que des anciens clients avaient invité en France et qui a rebroussé chemin dès Caracas, selon lui par peur du froid. Je crois plutôt qu’il ne voulait pas quitter sa terre et les siens.

 

 Nos circuits avec les Indiens Waraos

Gran Savana, delta de l’Orenoque et côte Caraïbe Plongez pour une immersion de 15 jours à la rencontre des Indiens du Venezuela et des pécheurs de la côte Caraïbes où vous participerez à la préparation du « casabe », assisterez à la ponte des tortues mais aussi randonnerez entre les tepuys.

A partir de 1950 €

 

 

Grande exploration d’un paradis tropical

Partez pour une découverte complète et authentique du pays pendant 22 jours à pied, en pirogue ou en avion entre les plaines de Llanos et plage de la lagune de Canaima.

A partir de 3335 €

 

Découvrez aussi notre vidéo « Venezuela au fil de l’eau« 

 

 

Partagez cet article !